Vous êtes ici

De la lettre à l’image, l’art de raconter des histoires

27.04.2019

            De la lettre à l’image, l’art de raconter des histoires (Séminaire à Zaghouan)

 

Un vendredi matin 26 avril, ils ont débattu du journalisme de proximité, de l’art de raconter des histoires de petites gens. Un vendredi soir, ils sont passés de la lettre à l’image pour donner à voir de belles pérégrinations dans la Tunisie andalouse.

C’était à Zaghouan et dans le cadre d’un séminaire sur le thème « Journalisme responsable, journalisme de proximité » que se sont retrouvés, vendredi et samedi derniers, une vingtaine de journalistes représentant plusieurs médias nationaux et locaux, des historiens et une équipe élargie du Programme d’Appui aux Médias en Tunisie (PAMT/ MEDIA UP), chapeautée par le directeur du même programme Said Benkraiem.

PAMT-Zaghouan-Séminaire

 

Comment raconter des histoires qui accrochent ? Quelles techniques et quels moyens pour parvenir à poser et à aborder les questions qu’il faut ? Comment susciter l’intérêt du lectorat, de l’auditeur ou encore du téléspectateur contemporain, cet impatient chronique ? Et quelle formation aussi bien pour le journaliste d’aujourd’hui que pour celui de demain ?

A ces questions ont répondu Hamida El Bour, directrice de l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI), Chokri Ben Nessir, rédacteur en chef à La Presse et Mouna Mtibaa, directrice chargée de la formation au sein du PAMT.

Les trois panélistes mobilisés par le PAMT ont tour à tour passé en revue les fondamentaux de l’information de proximité et permis aux participants un arrêt sur image, suscitant réflexion sur ce qui n’a toujours été suffisamment dit ou raconté.

A Zaghouan, il y a, assurément, une histoire à revisiter, une beauté à redessiner et des trésors à filmer. Autour de ce tryptique s’est articulé le deuxième panel intitulé « L’information culturelle au temps des nouveaux médias, Zaghouan une cité andalouse ».

Modéré par Sami Benkraiem, directeur de l’UGP-PAMT et animé par Chadia Khedhir, rédactrice en chef à la Télévision tunisienne, Ahmed Hamrouni, chercheur spécialiste des questions andalouses et Rachid Soussi, président de l’Association de la sauvegarde de la Médina de Testour (nord tunisien), ce panel a permis de braquer les projecteurs sur les lacunes du journalisme culturel d’aujourd’hui que sont « platitude » et « banalisation ».

Au fil de leurs interventions, l’historien, la journaliste expérimentée et l’activiste associatif ont pu transmettre à leur auditoire les ficelles d’un bon traitement de l’information et des sujets culturels, tout en focalisant sur l’héritage andalous de la ville de Zaghouan.

Le débat a ensuite laissé place à la pratique et les journalistes se sont rendus à la vieille ville pour une visite guidée dans les quartiers andalous de la médina. Là-bas, ils ont pu tourner des reportages sur smartphone, étant assistés par un guide chevronné, le chercheur Hamrouni et la journaliste culturelle expérimentée Chedia Khedhir.

Dans la soirée, les différents axes de ce séminaire thématique ont été complétés par un concert musical puisant également dans le répertoire andalou.

Le résultat final n’était point en deçà des attentes.