Vous êtes ici

PAMT/ MEDIA UP- Assises internationales du journalisme de Tunis

16.11.2018

Le PAMT prend en charge 40 journalistes issus des régions

Complètement pris en charge par le Programme d’Appui aux Média en Tunisie (PAMT/ MEDIA UP), Programme financé par l'Union européenne (UE), géré par le Centre africain de perfectionnement des journalistes et communicateurs (CAPJC) et mis en oeuvre par un consortium dirigé par Particip, quelque 40 journalistes en provenance des différentes régions du pays prennent part aux Assises internationales du journalisme de Tunis (15-17 novembre 2018).

Ces jeunes professionnels en perpétuelle quête d’apprentissage des règles et principes d’un secteur d’activité qui refuse la paresse et l’autosuffisance ont assisté, hier, à l’atelier du PAMT sur le thème « Quelles formations pour les journalistes de demain ? », avant de passer aux restes des ateliers prévus tout au long de la journée.

 

PAMT-Assises internationales du journalisme de Tunis

Pour eux, ce rendez-vous international constitue une grande opportunité pour être au diapason des innovations marquant le journalisme dans le monde. « Je tiens d’abord à remercier le Programme d’Appui aux Média en Tunisie pour m’avoir offert cette opportunité. Prendre part à un tel événement international réunissant près de 500 professionnels de l’information en provenance de 30 pays est, à bien des égards, bénéfique pour tout journaliste voulant développer ses compétences », témoigne Moez Jemai, journaliste spécialiste des questions migratoires, venu de Gabès.

Insistant sur l’importance des échanges avec des confrères et consœurs issus de pays voisins et lointains, Henda Rezk, journaliste à Radio Tataouine (publique) abonde ainsi : « Les sujets abordés lors des ateliers du premier jour étaient à l’évidence importants, mais ce qui compte le plus pour moi c’est cet échange d’expériences qu’on a pu avoir avec ces professionnels de l’information évoluant dans d’autres contrées. C’est là, un exploit et un enrichissement qui ne sont pas des moindres et qu’on doit au PAMT, à mon sens ».

De leur côté, Hanen Abbassi et Dhouha Bakkari (Radio du Kef), respectivement journalistes à Radio Tataouine (sud) et Radio du Kef (nord), deux stations publiques, ont approuvé les propos de leur conseour, ajoutant qu’elles e sont rendues compte, à l’issue des débats de la première journée des Assises, que la liberté d’expression, est « une réalité tangible en Tunisie » et qu’elle « est sur la bonne voie ».

L’initiative du Programme d’Appui aux Médias en Tunisie, programme financé par l’Union européenne (UE) et géré par le Centre africain de perfectionnement des journalistes et communicateurs (CAPJC), de prendre en charge bon nombre de journalistes travaillant pour des médias locaux et régionaux, vient s’ajouter à plusieurs autres activités du Programme visant le renforcement du journalisme de proximité et la consolidation des compétences des journalistes tunisiens, à travers la formation continue et les stages adaptés à leurs besoins.